Le Parlement européen se prononce contre le droit des enfants à connaître leurs parents


La proposition de résolution NOICHL a été adoptée par le Parlement européen à 60 voix d’écart, une faible majorité comparée à celle écrasante qui avait conclue à l’adoption du rapport Tarabella, voté le 10 mars 2015 (cf. Gènéthique vous informe du 11 mars 2015). Ce rapport de la députée allemande du Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates, Maria Noichl, déposé sous le nom de “stratégie de l’UE pour l’égalité entre hommes et femmes pour l’après 2015”, fait la promotion de l’avortement, de la pilule contraceptive gratuitement distribuée aux mineurs, et de la PMA sans père.
 
Cette proposition fait suite à la longue liste d’initiatives similaires, entre autres le rapport « Estrella » (Cf. Gènéthique vous informe du 11 décembre 2013) (pourtant défait après une forte mobilisation européenne), qui va contre le respect de la subsidiarité. Ce domaine est de la compétence des Etats membres et non de l’UE.

 

L'importance du soutien à l'adoption « et le droit de tous les enfants à connaître leurs parents », a été rejetée par les socialistes. Tandis que le députés européens de droite ont rejeté le § 67 « prie la Commission de soutenir les États membres dans l'établissement de chaires universitaires pour les études sur les genres et la recherche féministe ».

 

Les mentions qui demeurent sont :

  • la PMA sans père,
  • L’accès à l’avortement pour tous,
  • L’aide humanitaire doit fournir accès à l’avortement pour les femmes et les jeunes filles victimes de viols dans des conflits armés (à l’opposé de l’assistance proposée par l’Eglise du Nigéria aux femmes violées par Boko Haram le 27 mai 2015),
  • L’accès à la contraception pour les jeunes,
  • Les programmes sur l'éducation sexuelle dans les écoles.

 

La proposition de résolution alternative qui avait été déposée par le PPE a été rejetée à 62 voix d’écart.