L'émergence du "sanitairement correct"



Alors que « près de cinq milliards d’êtres humains (…) qui ne sont pas malades » sont contraints au confinement, dans une tribune, Bertrand Vergely revient sur la crise du Coronavirus. Pour le philosophe, « le souci de protéger n’explique pas tout ». Il explique que « depuis près de trois siècles, l’Europe rêve d’installer le bonheur sur terre grâce à la politique, à la science et au progrès. Avec l’apparition récente du transhumanisme, ce rêve s’est accéléré, le projet de pratiquer une hybridation entre l’homme et la machine promettant  de créer bientôt un homme augmenté qui ne connaîtra ni la maladie, ni la mort, ni les inégalités intellectuelles, ni la pauvreté ». Pour lui,  « aujourd’hui, quand on cherche à sauver des vies, c’est aussi ce rêve que l’on cherche à sauver ». Et il s’agit bien d’un rêve. En effet, « on peut reculer la maladie. On ne l’évite pas. On peut reculer l’échéance de la mort. On ne l’évite pas non plus. La maladie et  la mort sont incontournables et elles ne sont pas faites que pour les autres ».

 

« Tocqueville, explique Bertrand Vergely, a pensé que la démocratie est  guettée par la tentation de créer un monde dans lequel le rêve de la population d’être totalement assistée se fondra dans le rêve de l’État de tout prendre en charge. À travers la mise en place sous nos yeux en deux mois d’un ordre sanitaire mondial, l’intuition de Tocqueville est devenue réalité ».

 

Si ce « nouvel ordre » est justifié par «  le souci de soigner, de sauver et de protéger », l’auteur estime qu’il recèle « un pouvoir sans précédent sur le monde qui émerge en ne cachant pas son intention d’installer demain un système de surveillance généralisé à travers ce qu’il faut bien appeler le sanitairement correct ». Il déplore que « depuis des décennies nous vivons dans une peur de la maladie que nous prenons pour la santé et une peur de la mort que nous confondons avec l’amour de la vie » alors qu’ « être en pleine santé, ce n’est pas ne pas être malade. C’est être capable de tout vivre, même la maladie. Être vivant, ce n’est pas ne pas mourir. C’est être capable de tout vivre, même le fait de mourir ».

 

Aujourd’hui, le monde prend conscience que «  tout ce en quoi nous avons cru et que l’on pensait bien installé peut s’écrouler et mourir ». Pour Bertrand Vergely, « il s’agit là d’une chance ». Il ajoute : « Quand on se découvre vulnérable, on cesse d’être fou en se croyant invulnérable. Et, cessant d’être fou, on découvre la liberté étonnante qu’il y a à savoir que l’on peut être blessé sans en être blessé. Alors, la vie gangrénée par la peur cessant d’être, la vie intelligente peut commencer ».