Les applications de CRISPR en chirurgie plastique et reconstructive



La société américaine des chirurgiens plasticiens (ASPS) a récemment publié un article traitant des applications de l’édition du génome à l’aide de CRISPR dans le domaine de la chirurgie plastique et reconstructive : « L'impact potentiel de CRISPR sur le traitement des maladies humaines inclut plusieurs domaines importants pour le chirurgien plasticien, tels que l'oncologie, la cicatrisation des plaies, l'immunologie et les malformations cranofaciales », commente Eric Chien-Wei Liao, chirurgien membre de l'ASPS.

 

Pour les malformations cranio-faciales, si les études scientifiques fondamentales utilisant CRISPR ont déjà permis de mieux comprendre leur développement, l’édition du génome pourra encore permettre de corriger les mutations en cause et de prévenir le développement de fentes labiales, palatines et autres malformations congénitales.

 

En ce qui concerne la cicatrisation des plaies, la thérapie génique est une « approche prometteuse ». CRISPR devrait permettre d’accélérer la guérison des plaies cutanées et de conduire à de nouvelles approches pour la réparation et la régénération des os, du cartilage, des nerfs et des muscles.

 

Dans le domaine des greffes de peau, CRISPR se révèlera utile pour greffer les propres cellules du patient préalablement génétiquement modifiées. En outre, les greffes de visage ou de mains seront améliorées avec une meilleure tolérance et un moindre rejet par le système immunitaire du receveur. Cette modulation immunitaire permise par CRISPR ouvre aussi la voie aux xénotransplantations.  

 

Au vu de toutes ces applications, mais aussi du chemin qui reste à parcourir pour qu’elles voient le jour, les auteurs de l’article plaident pour que l’ASPS participe aux débats éthiques en cours concernant CRISPR.

 

 


Sources: 

Medical press (30/10/2018)