Les hôpitaux irlandais ouvrent des postes interdits aux médecins objecteurs de conscience



La National Maternity Hospital (NMH) de Holles Street, à Dublin, vient de lancer le recrutement de deux médecins, un anesthésiste et un gynécologue-obstétricien. L’hôpital a annoncé que ces postes ne seraient attribués qu’à des médecins acceptant de réaliser des avortements, puisque les missions, « depuis 2019, incluent les IVG volontaires et que les titulaires de postes devront contribuer à ce nouveau service dans le cadre de ce service faisant partie de leur feuille de route ».

 

Ces deux postes sont spécifiquement financés par une allocation versée à l'hôpital pour la « réalisation d’avortements, et destinée aux personnes désirant contribuer à la disponibilité de ce service ». Une source hospitalière a pourtant ajouté que ces médecins « ne seraient censés pratiquer qu'un petit nombre d'avortements » et que « leurs tâches seraient essentiellement celles attendues d'un anesthésiste ou d'un obstétricien dans une maternité ». Les postes seront cependant interdits aux médecins refusant les avortements.

 

Le Health Service Executive , système de santé irlandais, a prévu cette année un financement de 7 millions d'euros pour les avortements et de 12 millions d'euros pour l’année prochaine. Au moins 155 recrutements devraient avoir lieu, dont des sages-femmes, des échographes et des obstétriciens.


Sources: