L’utilisation de contraceptifs à l’adolescence liée au risque de dépression à l’âge adulte



Une étude de l’université de Colombie-Britannique suggère que les femmes qui ont utilisé une contraception orale à l’adolescence sont plus à risque de développer une dépression à l’âge adulte.

 

Publiée dans le Journal of Child Psychology and Psychiatry, cette étude donne un risque de 1,7 à 3 fois supérieur chez ces femmes en comparaison de celles qui n’ont commencé à utiliser une contraception orale qu’à l’âge adulte ou de celles qui n’en ont jamais utilisé. Les chercheurs ont analysé les données de 1236 femmes américaines.

 

« Nos résultats suggèrent que l'utilisation de contraceptifs oraux à l'adolescence pourrait avoir un effet durable sur le risque de dépression d'une femme - même des années après qu'elle l'ait arrêtée », explique Christine Anderl, auteur principal de l’étude. « L'adolescence est une période importante pour le développement du cerveau. Des études animales antérieures ont montré que la manipulation des hormones sexuelles, en particulier au cours des phases importantes du développement du cerveau, peut influer de manière irréversible sur les comportements ultérieurs ».

 

Sans remettre en cause l’utilisation de la contraception, les chercheurs espèrent que leur travail « encouragera davantage de recherches sur le sujet, ainsi qu'un dialogue et une prise de décision plus éclairés sur la prescription de contraceptifs hormonaux aux adolescentes ». Eux-mêmes travaillent actuellement sur une étude prospective visant à déterminer comment les changements hormonaux pendant l'adolescence peuvent affecter les émotions, les interactions sociales et la santé mentale des adolescents.

 

Pour aller plus loin :


Sources: 

Medical press - Teen birth control use linked to depression risk in adulthood (28/08/2019)