Monique Pelletier : "Les « vieux » resteront-ils encore longtemps les mal-aimés de notre société ?"



Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, Monique Pelletier, ancien ministre déléguée à la condition féminine et ancien membre du Conseil Constitutionnel s’indigne des conditions de vie auxquelles sont soumis les résidents en Ehpad, confinés dans leur chambre, sans droit de visite. « Ces faits, écrit-elle, révèlent à quel point le sort des « vieux » en Ehpad est dramatique ». Tout en reconnaissant qu’il existe des « milliers d’établissements en France où la vie est douce pour les résidents », elle déplore que ces exceptions soient « trop rares ». Elle demande qu’ « aux Ehpad ‘à bout de souffle’ » se substituent « plus ou moins vite, plus ou moins facilement, une nouvelle façon de s’occuper des personnes âgées privées d’autonomie, qui seront en France plus de 4 millions en 2050 ! ».

 

Elle propose la mise en place d’ « Ehpad à domicile », regrettant que « les responsables estiment à cinq ans le temps nécessaire pour analyser le dispositif ». Elle interroge : « Les « vieux » resteront-ils encore longtemps les mal-aimés de notre société ? Il est grand temps d’agir ! ». L’ancien ministre regrette que « le débat national [n’ait] guère évoqué le sort que notre société a réservé à nos vieux, qu’ils soient ou non dépendants : ils sont pourtant de plus en plus nombreux. Mais qui les voit, qui leur parle ? Qu’ont-ils à dire ? Ils se sentent fragiles et, pour nombre d’entre eux, coupables de vivre si vieux. Cela n’est pas admissible ». Elle appelle de ses vœux la mise en place d’un nouveau plan dépendance. « Le nouveau coronavirus aura mis en lumière de manière très crue les mouroirs dont nous ne nous préoccupions guère ».


Sources: 

Le Monde (08/04/2020)