Mort de Vincent Lambert : parmi les réactions



Vincent Lambert est décédé hier à 8h24. « Avec Vincent Lambert est mort notre respect des plus faibles », explique Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le Droit et la Justice.

 

Dans une tribune publiée dans Le Monde, l’écrivain Michel Houellebecq rappelle que « Vincent Lambert n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien ». Il ajoute : « Dans ces conditions, fallait-il tuer Vincent Lambert ? Et pourquoi lui, plutôt que les quelques milliers de personnes qui à l’heure actuelle, en France, partagent son état ? Il m’est difficile de me défaire de l’impression gênante que Vincent Lambert est mort d’une médiatisation excessive, d’être malgré lui devenu un symbole ; qu’il s’agissait, pour la ministre de la santé « et des solidarités », de faire un exemple. D’« ouvrir une brèche », de « faire évoluer les mentalités ». C’est fait. Une brèche a été ouverte, en tout cas. Pour les mentalités, j’ai des doutes. Personne n’a envie de mourir, personne n’a envie de souffrir : tel est, me semble-t-il, l’« état des mentalités », depuis quelques millénaires tout du moins ».

 

Citant le procureur le procureur général près la Cour de cassation dans son avis, « consacrer le droit à la vie comme une liberté à “valeur suprême” aurait aussi pour conséquence immédiate la remise en question de la loi dite Leonetti en faveur des malades et des personnes enfin de vie ou encore celle relative à l'interruption volontaire de grossesse », Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Lejeune explique que « tuer Vincent Lambert était un devoir ». Il déplore : « Ce n'est plus l'avortement et l'euthanasie qui portent atteinte au respect de la vie humaine. C'est le respect de la vie humaine qui menace l'avortement et l'euthanasie ». Désormais, « le droit intègre la vision transhumaniste moderne dans laquelle la vie humaine n'est qu'un matériau à gérer parmi d'autres au sein du grand bouillonnement du vivant ».

 

Pour Gégor Punpinck, « ce monde inhumain que nous découvrons à présent, fait d’eugénisme, d’euthanasie et d’enfants sur commande, a déjà été tenté au début du siècle dernier. Mais c’est maintenant qu’il trouve à s’appliquer pleinement ». Et plus loin encore, « il nous faut à présent démontrer jusqu’à la valeur de la vie, ou l’utilité d’un père et d’une mère. Nous ne savons plus ce qu’est le bien. Seuls le désir et la capacité à désirer ont encore de la valeur. Nous entrons dans un monde où plus rien ne vaut que la maîtrise impossible de son destin ».

Le Saint-Siège a exprimé sa « douleur » à l’annonce de la mort de Vincent Lambert. Le Saint-Père s’est exprimé dans un tweet : « Que Dieu le Père accueille dans ses bras Vincent Lambert. Ne construisons pas une civilisation qui élimine les personnes dont nous considérons que la vie n’est plus digne d’être vécue : chaque vie a de la valeur, toujours ». Pour les membres de l’Académie pontificale pour la vie, « la mort de Vincent Lambert et son histoire sont une défaite pour notre humanité».

 

Dès l’après-midi, une enquête a été ouverte par le parquet de Reims « en recherche des causes de la mort ». Le procureur a ordonné une autopsie pour vérifier, dans le contexte familial, « que la loi a bien été respectée ». Le corps de Vincent Lambert « sera autopsié vendredi matin à Paris avant d'être restitué dans la soirée à son épouse et tutrice, Rachel, dans un lieu qui ne sera pas dévoilé, aux alentours de Reims ». « Aucune enquête préliminaire n’a été ouverte pour tentative d’homicide » est-il précisé, le procureur souhaite vérifier que « les circonstances du décès de Vincent Lambert et de vérifier que les opérations médicales ont bien été réalisées conformément à la loi »


Sources: 

Afp (11/07/2019) - Après la mort de Vincent Lambert, la justice va vérifier que la loi a bien été respectée

Valeurs actuelles (11/07/2019) - Pour l'État, tuer Vincent Lambert était un devoir

Valeurs actuelles (11/07/2019) - Avec Vincent Lambert est mort notre respect des plus faibles

Le Monde (11/07/2019) - Michel Houellebecq : « Vincent Lambert, mort pour l’exemple »

Vatican news (11/07/2019) - La douleur du Saint-Siège après la mort de Vincent Lambert