Myopathie de Duchenne : vers une thérapie grâce à CRISPR ?



En Allemagne, des chercheurs de la Technical University of Munich (TUM), de la Ludwig Maximilian University of Munich (LMU) et du German Research Center for Environmental Health (Helmholtz Zentrum München) ont développé une thérapie génique qui pourrait apporter « un soulagement permanent » aux patients souffrant de la myopathie de Duchenne (DMD)[1]. La DMD est la maladie héréditaire musculaire « la plus courante chez les enfants ». Les premiers symptômes apparaissent vers l’âge de 5 ans et la plupart des patients ont une espérance de vie inférieure à 40 ans.

 

Les muscles nécessitent de la dystrophine pour se régénérer. Les patients souffrant de DMD ont un déficit en dystrophine, en raison d’une mutation du gène situé sur le chromosome X responsable de sa production. Ce qui cause une dégénérescence progressive des muscles. L’équipe scientifique interdisciplinaire dirigée par le Pr Wolfgang Wurst, généticien du développement à la TUM et au German Research Center for Environmental Health, est parvenue à « corriger le gène défectueux » chez des porcs vivants. Pour cela, ils ont modifié les « ciseaux génétiques » CRIPR-Cas9 afin de « couper la séquence génétique défectueuse des cellules cardiaques et musculaires des animaux ». Ce qui a rendu le gène « lisible » et a permis de produire la protéine. Les animaux traités sont moins sujets à l’arythmie cardiaque et avaient une espérance de vie supérieure aux animaux non traités.

 

Les cellules cardiaques et musculaires ont une grande longévité. « La moitié des cellules du myocarde » restent fonctionnelles de la naissance jusqu’à la fin de la vie d’un être humain. Ainsi, les effets de la correction effectuée sont durables. Pour Maggie Walter, neurologue au LMU, « c’est la première fois qu’un succès thérapeutique a été obtenu sur des modèles animaux cliniquement significatifs ».

 

 

Pour aller plus loin :

Une avancée vers le traitement de la myopathie de Duchenne à l’aide de CRISPR ?

Myopathie de Duchenne: un espoir de thérapie avec CRISPR

 


[1] A. Moretti et al, Somatic gene editing ameliorates skeletal and cardiac muscle failure in pig and human models of Duchenne muscular dystrophy, Nature Medicine (2020). DOI: 10.1038/s41591-019-0738-2


Sources: 

Medical Press, Lisa Pietrzyk (28/01/2020)