L’Académie de Médecine voit dans CRISPR une occasion de développer la recherche sur l’embryon


L’Académie de médecine française a adopté le 12 avril, par 50 voix pour, 20 contre et 14 abstentions, les recommandations émises en janvier concernant l’utilisation de CRISPR sur l’embryon humain et les cellules germinales (cf. CRISPR : L’Académie de médecine publie un rapport inquiétant).

 

Ce rapport encourage le développement des recherches utilisant CRISPR, y compris sur l’embryon humain et les cellules germinales, à condition qu’elles ne conduisent pas à la naissance d’un enfant. Ces recommandations sont temporaires, « en l’état actuel des connaissances », et n’excluent pas à plus long terme la naissance d’enfants génétiquement modifiés.

Pierre Jouannet, co-auteur du rapport, a déclaré nécessaire de « soutenir la recherche sur l’embryon », et l’adaptation des textes législatifs en France et en Europe.

 

Ce rapport a été rendu public hier, le 28 avril, à l’occasion d’un atelier de réflexion sur l’édition du génome organisé par la Fédération des académies européennes de médecine (FEAM) le 28 avril.