Nouveau drame lors d’une campagne de stérilisation de masse en Inde



Une dizaine de femmes sont mortes des suites d’opérations chirurgicales menées dans le cadre d’une campagne de stérilisation de masse organisée par l’Etat de Chhattisgarh (Inde). Une soixantaine d’autres femmes souffrent de complications et, parmi elles, certaines sont dans un état grave. Jeudi 6 novembre, 84 femmes ont été opérées dans une clinique privée, des opérations pratiquées par le même médecin et en seulement 5h.

 

L’Inde est le premier pays à avoir mis au point une politique de contrôle des naissances. Au Chhattisgarh (2013), la stérilisation représente 86,5% des cas de contraception. Et dans les Etats voisins, « ce taux était rarement inférieur à 70% ».

 

L’objectif du Gouvernement « est d’arriver à une moyenne de deux enfants par femme ». La stérilisation est le moyen de contraception le plus utilisé car il est « rapide, peu couteux et, surtout, irréversible ». Cette dernière opération de stérilisation de masse a été organisée dans le cadre d’un programme national, lequel prévoit de rétribuer à hauteur de 1400 roupies (18 euros) les « femmes volontaires ». Souvent pauvres et illettrées, celles-ci sont cependant peu informées des risques encourus. En Inde, chaque année, 4 millions de ligatures de trompes sont effectuées. Selon les Nations-Unis, 37% des opérations de stérilisation dans le monde ont lieu en Inde (2011).

 

Plusieurs ONG, telles que Human Rights Law Network ou Human Rights Watch, dénoncent régulièrement les conditions sanitaires « effroyables » dans lesquelles ces opérations de stérilisation sont menées.


Sources: 

Le Monde (Julien Bouissou) 12/11/2014LA Croix (Pierre Cochez) 12/11/2014 – France24 11/12/2014