Pape François : "Aucun être humain ne peut jamais être incompatible avec la vie"



« L’avortement n’est jamais la réponse que les femmes et les familles cherchent ». A l’occasion du Congrès international « Yes to Life ! Prendre soin du précieux don de la vie dans la fragilité » organisé le 25 mai au Vatican, le Pape François a rappelé devant les 400 participants venus de 70 pays qu’ « aucun être humain ne peut jamais être incompatible avec la vie, ni de par son âge, ni de par ses conditions de santé, ni de par la qualité de son existence », ajoutant que « tout enfant qui s’annonce dans le sein d’une femme est un don, qui change l’histoire d’une famille (…) Et cet enfant a besoin d’être accueilli, aimé et soigné. Toujours ! »

 

A propos du diagnostic prénatal, il relève que ces techniques « sont en mesure de découvrir dès les premières semaines la présence de malformations et de pathologies, qui parfois mettent en grave danger la vie de l’enfant et la sérénité de la femme », expliquant que « la seule suspicion de pathologie, mais plus encore la certitude de la maladie, changent le vécu de la grossesse, jettent les femmes et les couples dans un désespoir profond ». Le Saint Père se réjouit que les progrès de la médecine permettent à certains de ces « petits patients » d’être soignés. Cependant, il met aussi en garde : « de telles possibilités et de telles connaissances, il est indispensable que l’objectif de la guérison soit clair pour les médecins, ainsi que la valeur sacrée de la vie humaine, dont la protection reste la fin ultime de la pratique médicale ».

 

A propos des enfants qui, « dans l’état actuel des connaissances scientifiques, sont destinés à mourir aussitôt après leur naissance, ou à brève échéance », le Pape invite à en « prendre soin » pour aider « les parents à faire le deuil et à le concevoir non seulement comme une perte, mais comme une étape d’un chemin parcouru ensemble. Cet enfant restera dans leur vie pour toujours. Et ils auront pu l’aimer. Si souvent, ces quelques heures pendant lesquelles une maman peut bercer son enfant laissent une trace dans le cœur de cette femme, qui ne l’oublie jamais ».

 

« La vie humaine, poursuit le Saint Père, est sacrée et inviolable et l’utilisation du diagnostic prénatal à des finalités de sélection doit être déconseillé avec force, parce qu’il est l’expression d’une mentalité eugénique inhumaine, qui prive les familles de la possibilité d’accueillir, d’embrasser, et d’aimer leurs enfants les plus faibles ». L’engagement pour la vie n’est pas un acte de foi, « c’est un problème humain ».


Sources: 

Zenit, Anne Kurian (25/05/2019) - « L’avortement n’est jamais la réponse que cherchent les femmes et les familles », affirme le pape