Patient en état de mort cérébrale : médecins et famille s'opposent sur le prélèvement d'organes



Anthony Vallejo, un père de famille californien de 30 ans, est en état de mort cérébral depuis le 7 juillet, suite à une crise d’asthme. Puisqu’il est inscrit au registre des donneurs d’organes, les médecins ont annoncé que les prélèvements auront lieu aujourd’hui mercredi. Actuellement, il respire à l’aide d’une assistance et son cœur bat encore. Sa femme demande un sursis d’une semaine « pour voir s’il se remet », « parce que son cœur bat encore ».

 

Les médecins et les associations de don d’organes s’opposent à la demande de l’épouse. Pour Cathy Koubek, directrice de la communication de Donor Network West, les familles n’ont pas le droit de décider de la date du don d’organes, car « il s’agit d’un engagement juridique pour cette personne ». Elle ajoute également que de toute façon, dès que deux médecins ont diagnostiqué la mort cérébrale, « cette personne est morte, peu importe le bon fonctionnement des autres organes ». Selon la National Kidney Foundation, « le cœur battra aussi longtemps qu'il recevra de l'oxygène, par exemple d'un respirateur artificiel ». Cathy Koubek a même ajouté que c’était une « obligation » pour elle d’accélérer le prélèvement sur les donneurs enregistrés, pour réaliser au plus vite la volonté des ‘défunts’.

 

Pour aller plus loin :

En état de mort cérébrale, un jeune garçon se réveille 24 heures avant d’être débranché

Les donneurs d’organes sont-ils vraiment morts ?

Des cerveaux de porcs relancés quatre heures après la mort : faut-il redéfinir la mort cérébrale ?

En Suisse, la loi sur la transplantation modifie les conditions du diagnostic de la mort

 


Sources: 

Daily Mail, Mary Kekatos (16/07/2019) - California family desperate to keep brain-dead father on life support before his organs are donated 'because his heart is still beating'