Pilule du lendemain, un tiers des femmes scandinaves y a eu recours au moins une fois dans sa vie



Selon une étude publiée dans Acta Obstetricia et Gynecologica Scandinavica, un tiers des femmes scandinaves ont eu recours au moins une fois à la « contraception d’urgence ».  

 

L’étude a été menée auprès de femmes âgées de 18 à 45 ans, sélectionnées au hasard en 2011-2012 dans les registres nationaux du Danemark, de la Norvège et de la Suède. Sur ces 45 445 femmes, 33,9 % avaient utilisé la contraception d’urgence au moins une fois dans leur vie, et parmi les utilisatrices, 15,8 % d’entre elles l’avaient utilisé au cours de l'année précédente et elles étaient 50 % à l’avoir utilisée plus d'une fois dans leur vie.

 

L'éducation supérieure, le tabagisme, la consommation ponctuelle d'alcool, l'âge au premier rapport sexuel, le fait d'avoir de nouveaux partenaires sexuels et le fait de ne pas utiliser de préservatifs avec les nouveaux partenaires ont été associés à l'utilisation de cette pilule du lendemain.

 

Pour aller plus loin :

Le « catéchisme » contraceptif évolue peu

Imposer un « besoin » contraceptif, est-ce cela l’émancipation des femmes ?

 En France, un recours stable à la "contraception d’urgence" ?

"J'arrête la pilule" : Une remise en cause de la contraception hormonale

La nouvelle clandestinité des femmes face à l’IVG

Précarité, situation familiale, contraception... les facteurs de risque de l'avortement


Sources: 

EurekAlert, Wiley (06/05/2020)