Plateforme de recherche sur la fin de vie : un an après, un premier bilan



Alors que la Plateforme nationale de recherche sur la fin de vie fête son année d’existence (cf. Lancement d'une plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie ), elle lance un nouveau site internet, « vecteur de diffusion de ses premiers travaux ». Constitution d’un annuaire national de chercheurs, d’un répertoire des projets de recherche en cours, ils ont été présentés le 25 octobre dernier.

 

En France, au cours de l’enquête, 280 chercheurs ont été identifiés sur la thématique de la fin de vie. « 69% d'entre eux sont rattachés à une unité de recherche. Les 31% restants représentent principalement des médecins exerçant dans des services de soins mais pas nécessairement rattachés à une équipe ». Avec les changements dans le cursus d’études médicales, le ministère de la recherche et de l’innovation espère faire disparaître « cette absence de rattachement », pour que la recherche et la formation puissent travailler ensemble.

 

La prochaine étape est celle de la « définition des priorités de recherche afin de lancer un appel à projets vers la mi-2020 », avec un objectif, celui de relever le défi de la pluridisciplinarité. De la médecine aux sciences humaines, sciences sociales, sciences de la vie et de la terre,… l’enquête nationale (cf. Recherche sur la fin de vie : le CCNE relaie l'enquête d'une plateforme dédiée) fait état de 37 disciplines « investies dans la recherche sur la fin de vie », couvrant 32 thématiques : organisation des soins, politique de santé, vécu et perceptions sur la fin de vie…

 

Pour Régis Aubry, il s’agit de « créer une culture commune en partant de compétences différentes pour co-construire et canaliser des projets de recherche ».

 

Pour l’année 2020, le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation doit renforcer son soutien financier. 4 critères sont avancés pour évaluer les performances de la plateforme : promotion de l’interdisciplinarité, production de données claires et de qualité, fédération des meilleures équipes et appels à projets d’envergure, organisation de la médiation scientifiques.


Sources: 

Hospimédia, Jérôme Robillard (28/10/2019)