Québec : Paradoxe dans le « guide d’exercice sur l’aide médicale à mourir »



Le Collège des Médecins du Québec a publié le 10 septembre un « Guide d’exercice sur l’aide médicale à mourir » à l’attention des professionnels de santé, qui seront autorisés à partir de décembre à pratiquer l’aide médicale à mourir pour des adultes en fin de vie et des personnes sujettes à des souffrances exceptionnelles et incurables (cf. Gènéthique du 2 septembre 2015).

 

Le « Collectif des médecins contre l’euthanasie » dénonce l’article 7.2 de ce guide, qui « ordonne aux médecins de fausser la cause réelle des décès sur le bulletin de décès (…) pour les patients qui auront recours à l’aide médicale à mourir ». Cet article précise en effet que « le médecin doit inscrire comme cause immédiate de décès la maladie ou l’affection morbide ayant justifié l’aide médicale à mourir et provoqué la mort » car la mention de l’« aide médicale à mourir » sur le bulletin de décès serait problématique « si elle était connue des proches non informés alors que la volonté du patient était de garder ce renseignement confidentiel ».

 

Pour le Collectif des médecins contre l’euthanasie, « une telle pratique comporte un grave manquement à l’éthique et risque d’engendrer des dérapages sérieux et d’inévitables abus, en plus de fausser les statistiques officielles sur les véritables causes de décès au Québec ».


Sources: 

Collectif des médecins contre l'euthanasie (23/09/2015)