Québec : un protocole de triage des patients fait polémique



Dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, un protocole a été institué autorisant de « refuser les soins intensifs aux personnes atteintes d'une grave déficience cognitive ». Ainsi, en cas de pénurie de lits, « un médecin pourrait donc refuser l'accès à un respirateur à une personne souffrant de trisomie 21 ou aux prises avec un trouble du spectre de l'autisme sévère », s’est insurgée la députée Jennifer Maccarone, mère de deux enfants autistes. « Triage.Québec, une initiative de la Société québécoise de la déficience intellectuelle, a mis la main sur les critères d’exclusion retenus par le comité d’experts chargé de concevoir le protocole, qui n’ont pas été rendus publics. »

 

André Fortin, « porte-parole libéral en matière de santé », a interpellé la ministre de la Santé, Danielle McCann, sur le sujet. « Une personne handicapée, une personne autiste, une personne atteinte de trisomie 21 a les mêmes droits que tous les autres Québécois, affirme-t-il. C'est un fondement de la société québécoise. »

 

Reconnaissant l’existence de ce protocole et indiquant « qu'il avait été élaboré par un groupe d'experts », la ministre s’est défendue affirmant qu’il « n'est pas en application actuellement au Québec, parce qu'effectivement la crise a été bien gérée, [...] on n'a pas eu à faire ce genre de triage ». Disant « comprendre l'inquiétude des familles des personnes handicapées » et affirmant que « la vie d'une personne en situation de handicap est aussi importante que n'importe quelle vie d'un être humain », la ministre « n'a toutefois pas condamné le protocole, comme l'avait demandé le Parti libéral du Québec, et elle n'a pas pris l'engagement de le changer ».

 

Pour le Dr Joseph Dahine, « expert clinique au protocole de triage », « la déficience intellectuelle ou le trouble du spectre de l’autisme ne sont pas des critères d’exclusion ». « Pour qu'une personne ne soit pas mise sous respirateur, il faudrait conclure que son état l'empêcherait d'être libérée de la respiration artificielle », comme pourrait l’être « une démence de type Alzheimer ».

 

Selon le protocole, « au moins cinq personnes devront avoir évalué la décision de ne pas intuber un patient ».

 

 

Pour aller plus loin :

« Que l’on confonde l’utile et le bien est révélateur »

Covid-19 : les droits des personnes handicapées en conflit avec la logique utilitariste


Sources: 

Radio Canada, la Presse canadienne (04/06/2020) – Le Journal de Québec, Geneviève Lajoie (03/06/2020)