Rejet de greffe : vers des traitements plus efficaces ?



Les rejets de greffe sont souvent en cause dans l’échec des transplantations d’organe malgré l’utilisation des immunosuppresseurs. « De nombreuses personnes qui obtiennent une greffe d'organe auront probablement besoin d'une deuxième greffe au cours de leur vie en raison d'un rejet chronique », déclare le docteur Fadi Lakkis. Une récente étude menée sur des souris par des chercheurs de l’école de médecine de l’Université de Pittsburgh et de l’hôpital méthodiste de Houston et publiée dans la revue Science, pourrait conduire à de nouveaux traitements.

 

Jusqu’à présent, les scientifiques pensaient que le système immunitaire inné n’avait pas de « mémoire » immunologique par opposition au système immunitaire adaptatif. Les cellules immunitaires innées détectent les organismes étrangers dans le corps et permettent d’activer le système immunitaire adaptatif. La « mémoire » immunologique permet au système immunitaire de réagir plus rapidement par la suite, ce qui explique le rejet de greffe, même en cas de prise d’immunosuppresseurs.

 

Cependant, des greffes d’organe sur « des souris génétiquement modifiées » ont montré que « les cellules immunitaires innées, une fois exposées à un tissu étranger, pouvaient se souvenir et déclencher une réponse immunitaire si elles étaient exposées de nouveau à ce tissu étranger par la suite ».

 

Les chercheurs ont mis en évidence une molécule, « appelée récepteur A de type Ig apparié (PIR-A) », nécessaire pour « la reconnaissance et la ‘mémoire’ des cellules immunitaires innées ». Une modification génétique retirant cette molécule de la souris hôte ou un blocage de la molécule par une « protéine de synthèse » élimine « la réponse mémoire », ce qui permet aux organes transplantés « de survivre beaucoup plus longtemps ».

 

« Savoir exactement comment le système immunitaire inné joue un rôle ouvre la porte au développement de médicaments très spécifiques, ce qui nous permet de nous éloigner des médicaments largement immunosuppresseurs qui ont des effets secondaires importants », a déclaré le docteur Lakkis.

 

Pour le docteur Martin Oberbarnscheidt, co-auteur de l’étude, « un large éventail de maladies, y compris le cancer et les maladies auto-immunes, pourraient bénéficier de cette découverte ».


Sources: 

Medical Press (08/05/20)