Royaume-Uni : mort d’un patient des suites d'une greffe d’organe infecté



Un patient de 36 ans est mort après avoir été greffé en 2015 d’un foie contaminé par une infection fongique[1], causant un anévrisme.

 

Le médecin[2] en cause avait négligé de déclarer qu’il avait « accidentellement coupé l’estomac du donneur », causant l’infection de plusieurs organes. Malgré tout, il avait choisi de transplanter les organes infectés dans trois patients receveurs, sans déclarer son erreur.

 

Le deuxième patient, âgé de 25 ans, est tombé « gravement malade » et a dû se faire retirer le rein qu’il avait reçu. Il a dû subir 16 transfusions sanguines et une dialyse pendant plus d’un an, alors qu’il n’en avait jamais eu besoin, souffrant d’une « insuffisance rénale modérée ». Le 3e patient, âgé quant à lui de 44 ans et qui avait reçu un rein et un pancréas, a pu récupérer de l’infection.

 

Le médecin avait déclaré n’avoir « aucun souvenir d’un incident pendant le prélèvement », puis « à la réflexion, avait reconnu une petite coupure dans l’estomac du donneur pendant la procédure ». Les avocats représentant l’hôpital déclarent que de « le risque aurait été considéré comme faible », même en ayant connaissance de « l’incident ». Le 2e patient qui a intenté une procédure judiciaire regrette que ce soit « seulement quand les receveurs sont tombés malades que la vérité a été révélée ». Il a reçu une indemnisation de 215 000 livres.

 


[1] Candida albicans.

[2] Il exerçait à l’hôpital universitaire d’Oxford aux Pays de Galles.


Sources: 

Daily mail, Stephen Matthews (21/11/2019)