Stérilisations forcées : la communauté médicale japonaise devra s’excuser



La Japanese Medical Science Federation, qui comprend 136 sociétés médicales dont la Société japonaise d'obstétrique et de gynécologie, a déclaré jeudi 25 juin que « la communauté médicale japonaise doit s'excuser pour son implication dans les stérilisations forcées dans le cadre de la loi, maintenant abrogée, de protection eugénique ». « Des excuses sincères sont nécessaires », a estimé la fédération. Cette loi avait contraint « des personnes handicapées, principalement, à subir des opérations ou autres mesures de stérilisation » (cf. Stérilisation forcée : nouvelle plainte contre le gouvernement au Japon ; Faut-il parler d’eugénisme ? ).

 

La loi de protection eugénique avait été introduite « pour éviter les naissances de personnes handicapées et pour protéger la santé maternelle ». Approximativement 25 000 personnes ont subi des interventions chirurgicales, « certaines sans consentement », entre la création de la loi en 1948 et sa révision en 1996. En avril 2019, une loi a été promulguée « afin de verser 3,2 millions de yens d'indemnisation à chaque victime » (cf. Japon : les victimes de stérilisation forcée seront dédommagées ; Programme de stérilisation forcée au Japon : le juge refuse les premières demandes d’indemnisation ). Le Premier ministre Shinzo Abe avait publié une déclaration dans laquelle il présentait ses excuses.

 

Mis en place en avril 2019, le panel de la fédération chargé d'examiner la question a auditionné « des chercheurs dans le domaine de la psychiatrie, de l'obstétrique et de la gynécologie ainsi que des personnes handicapées ». Dans son rapport, la fédération juge que les professionnels de la santé impliqués dans ces stérilisations forcées étaient animés d’« un faux sentiment de mission », croyant souvent, « à tort », que ces procédures étaient nécessaires « dans l'intérêt général », en raison de l'existence de la loi de protection eugénique. « Il est de notre responsabilité de nous assurer que cela ne se reproduira plus jamais », a déclaré Morito Monden, le président de la fédération.

 

Le panel de la fédération « a également proposé la création d'un organe comprenant de nombreuses sociétés médicales afin d’examiner les questions éthiques concernant les diagnostics prénataux, l'édition du génome et d'autres sujets potentiellement étroitement liés à l'eugénisme ».

 

 

Pour aller plus loin :

Pérou : des milliers de stérilisations forcées entre 1996 et 2000

Tennessee : libération anticipée pour les détenus qui acceptaient d’être stérilisés

Nouveau drame lors d’une campagne de stérilisation de masse en Inde


Sources: 

Japan Times, Jiji (26/06/2020)