Sylviane Agacinski : « La parenté n’est plus déterminée par des relations interpersonnelles, mais par la volonté »



Invitée de France Inter, Sylviane Agacinski a alerté sur le « marché du corps humain » qui s’installe progressivement. Elle observe une évolution des discours, notamment celui de Jean-Louis Touraine, député LREM, qui adoptent « le vocabulaire et la logique des instituts biologiques de reproduction humaine américains » et font que « l’enfant n’est plus conçu comme un être engendré, mais comme un être fabriqué ». « La parenté n’est plus déterminée par des relations interpersonnelles, mais par la volonté », poursuit-elle. La volonté met désormais fin au « rapport personnel et charnel à l’enfant ». Elle déclare s’engager pour « défier des discours fantasques » relayés par les medias, niant « la réalité même de la différenciation sexuelle », comme dans la théorie Queer par exemple. Elle déplore un « débat impossible » sur ces sujets, comme celui de la gestation pour autrui (GPA) qui pourtant implique l’ « achat de l’enfant, de la filiation maternelle de l’enfant », et est « tout à fait incompatible avec les droits de l’enfant ». Si elle affirme n’être pas opposée à la procréation médicalement assistée (PMA) pour résoudre une infertilité, elle reconnaît que, pour les enfants nés de « sperme inconnu, il y a un problème ». « L’enfant est une personne. On a des droits à quelque chose, on ne peut pas avoir des droits à quelqu’un », souligne-t-elle. « Il faut réfléchir à ce qui se passera pour ces enfants à l’adolescence. (…) Ils vont demander des comptes, il y a une inégalité là-dedans ».

 

Jean-Louis Bourlanges, député des Hauts de Seine, a lui aussi déclaré être « réservé » quant à la PMA pour toutes, considérant « que la sexuation de la famille est un élément absolument central ».


Sources: 

France Inter (24/06/2019) 

  • PMA pour toutes : "On a des droits à quelque chose, pas à quelqu'un", s'indigne la philosophe Sylviane Agacinski
  • @JLBourlanges "inquiet" sur la PMA : "Je considère que la 'sexuation' de la famille est absolument central. Qu'il y ait un homme et une femme,  c'est important. Même s'il peut y avoir des couples homosexuels, des célibataires qui élèvent parfaitement les enfants"