Thérapie cellulaire CAR-T : succès de deux essais cliniques visant des lymphomes, approbation de la FDA



La thérapie cellulaire CAR-T, « qui attaque les cellules cancéreuses en utilisant les cellules immunitaires reprogrammées d'une personne », a été utilisée « avec un succès remarquable » pour traiter le lymphome de Hodgkin. L’essai clinique a été mené par des chercheurs américains de l’UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center et du Baylor College of Medicine. Les résultats ont été publiés dans la revue Journal of Clinical Oncology.

 

L’objectif de cet essai : « déterminer la sécurité et l'efficacité du traitement pour les patients atteints d'un lymphome de Hodgkin en rechute ». Et les chercheurs « ont démontré que le traitement était sûr », mais également « que le traitement était très actif chez les patients atteints d'un lymphome de Hodgkin récidivant ou réfractaire ». En effet, il « a conduit à la disparition complète de la tumeur chez la majorité des patients traités à la dose la plus élevée de la thérapie, presque tous les patients ayant un bénéfice clinique après le traitement ». Un résultat « particulièrement intéressant » selon le docteur Barbara Savoldo, professeur au département de microbiologie et d'immunologie de l'UNC School of Medicine et membre de l'UNC Lineberger, « car la majorité de ces patients avaient des lymphomes qui n'avaient pas bien répondu à d'autres nouvelles thérapies puissantes ».

 

« Le lymphome de Hodgkin est un cancer du sang qui touche plus de 200 000 personnes aux États-Unis. Si environ 85 % des patients atteints d'un lymphome de Hodgkin sont guéris ou ont de nombreuses années sans cancer après une chimiothérapie et/ou une radiothérapie standard, les autres n’y répondent pas ou y répondent mais connaissent une rechute après quelques années. » Et « beaucoup de ces patients "réfractaires/récidivistes" passent par des années de traitements supplémentaires sans succès ».

 

Des thérapies à base de cellules CAR-T ont été « approuvées par la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour le traitement de deux cancers du sang, la leucémie lymphoblastique aiguë et le lymphome diffus à grandes cellules B ». Des thérapies cellulaires qui « ciblent la protéine CD19, que l'on trouve sur les cellules malignes de ces cancers ». Dans la présente étude, « qui a porté sur 41 patients traités à Baylor et à l’UNC », les chercheurs ont ajouté à une « thérapie cellulaire CAR-T anti-CD30 » « un régime de préconditionnement dans lequel les lymphocytes existants des patients - une large famille de globules blancs comprenant les cellules T - ont été fortement appauvris par les médicaments de chimiothérapie avant l'ajout des cellules CAR-T ».

 

« Parmi les patients de l'étude qui ont eu une réponse complète, 61 % n'avaient toujours pas de preuve de récidive un an plus tard. » Et, « dans l'ensemble, 94 % des patients traités étaient toujours en vie un an après leur traitement ». Cette thérapie reste à « confirmer » « dans une étude plus large » selon le docteur Jonathan Serody, professeur de médecine, microbiologie et immunologie à la faculté de médecine de l'UNC, directeur du programme de greffe de moelle osseuse et de thérapie cellulaire à l'UNC, et membre de l'UNC Lineberger. Mais « le succès clinique n'a[yant] pas été associé à des complications significatives de la thérapie, ce traitement devrait être disponible pour les patients dans un cadre clinique et ne nécessiterait pas l'hospitalisation des patients. »

 

De son côté, le Dana Farber Cancer Institute aux Etats-Unis a annoncé l’approbation d’une autre thérapie cellulaire par la FDA. Le cancer visé par ce traitement nommé « Tecartus (brexucabtagene autoleucel, anciennement KTE-X19) » : le lymphome du manteau. Cette pathologie, « historiquement un lymphome incurable », est associée à « une survie relativement courte lorsque la chimiothérapie cesse de fonctionner ». C’est « une forme rare de lymphome non hodgkinien qui survient dans des cellules provenant de la "zone du manteau" du ganglion lymphatique ». « Il touche généralement les hommes de plus de 60 ans et est traité par chimiothérapie, souvent en association avec d'autres agents. »

 

L'approbation de la FDA a été obtenu après un essai clinique ayant impliqué 74 patients adultes « ayant rechuté ou étant devenus résistants à plusieurs autres thérapies ». « Au cours de l'essai, 87% des participants ont répondu à une seule perfusion de l'agent, dont 62% avec une réponse complète » marquée par la « disparition de tous les signes de leur cancer ». « L'approbation de la FDA signifie que Tecartus peut désormais être utilisé dans le cadre du traitement standard des patients adultes atteints » de ce lymphome, en cas de rechute ou de non réponse à d'autres traitements.

 

 

Pour aller plus loin :

Un enfant en rémission de cancer grâce aux cellules CAR-T

Vers un développement de l'utilisation des cellules Car-T ?

Recoverable fatal error : Argument 1 passed to xmlsitemap_node_create_link() must be an instance of stdClass, boolean given, called in /home/webs/genethique.org/html/sites/all/modules/contrib/xmlsitemap/xmlsitemap_node/xmlsitemap_node.module on line 28 and defined dans xmlsitemap_node_create_link() (ligne 194 dans /home/webs/genethique.org/html/sites/all/modules/contrib/xmlsitemap/xmlsitemap_node/xmlsitemap_node.module).


Sources: 

Medical Xpress, UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center (23/07/2020), Dana Farber Cancer Institute (24/07/2020)