Un meilleur taux de succès pour la FIV en transférant l’embryon plus tôt ?



Une équipe de chercheurs de l’Oxford fertility clinic menée par le professeur Tim Child a montré qu’implanter un embryon fabriqué in vitro le 6e jour après l’ovulation pourrait augmenter le taux de succès de la fécondation in vitro. « Actuellement, les médecins ont tendance à transférer l’embryon décongelé sept jours après l’ovulation », jour où l’endomètre est le plus épais et prêt à accueillir un embryon.

 

Une étude menée sur 561 transferts d’embryons congelés a montré que 45% des 180 femmes ayant subi le transfert de l’embryon le 6e jour ont été enceintes « au-delà de 24 semaines ». Ce taux était de 29,1% pour celles ayant reçu l’embryon le 7e jour. Le taux de fausses couches était le même pour les deux groupes de femmes.

 

Le Dr Jane Stewart, présidente de la British Fertility Society, estime que ces résultats ne sont pas assez solides pour justifier un changement des pratiques cliniques. Ses réserves concernent le fait que l’étude ne porte « que sur des femmes ayant subi le transfert d’un embryon décongelé pendant leur cycle naturel, et non pendant un cycle régulé hormonalement ». Selon le NHS[1], les deux options ont la même efficacité, et chacune leurs inconvénients. « Avec le cycle naturel, la date de l’ovulation ne peut pas être contrôlée. Le jour idéal pour le transfert de l’embryon peut tomber à un moment où la clinique est fermée ou dans l’impossibilité de réaliser le transfert ». Pour le Pr Child, les résultats de l’étude montrent au contraire qu’un très bon taux de succès peut être atteint avec l’option « naturelle[2], sans médicaments », alors que la majorité des cliniques pratiquent l’autre option.

 

En Angleterre, la fécondation in vitro est financée pour « les femmes de moins de 43 ans qui ont essayé de concevoir un enfant pendant deux ans ». Les couples peuvent également y avoir recours par le circuit privé, « pour un coût moyen de 3 348 livres sterling[3] », pour un cycle. Selon les chiffres du NHS, le taux de succès est de 29% pour les femmes de moins de 35 ans. Pour les femmes de plus de 40 ans, il est de 9%, de 3% après 43 ans. « Environ 8 millions de bébés sont nés après un parcours de FIV depuis la naissance de Louise Brown en 1978, le tout premier cas. »

 

 

Note Gènéthique : Les résultats de l’étude menée par le Pr Tim Child pourraient-ils permettre de réduire le nombre d’embryons surnuméraires, en améliorant la technique de la FIV ?

 

Pour aller plus loin :

Embryons congelés : « Ce n’est pas un objet en garde-meuble, c’est une vie ! »

Recherches sur les causes de l’infertilité : peu d’équipes impliquées en France

Loi de bioéthique : « L’embryon humain est la variable d’ajustement du jeu politique »

Bioéthique et Embryons in vitro : Où en est l’assistance médicale à la procréation ?



[1] National Health Service.

[2] En fonction du cycle, sans traitement pour accompagner le transfert de l’embryon.

[3] Environ 3900 euros.

 


Sources: 

Daily Mail, Vanessa Chalmers (09/01/2020) – The Irish News (09/01/2020)