Un patient américain finance lui-même une recherche sur les cellules iPS pour traiter sa maladie de Parkinson



George Lopez, un patient californien âgé aujourd’hui de 69 ans est atteint de la maladie de Parkinson. En 2017, il a reçu une « transplantation de cellules nerveuses obtenues à partir de sa peau », grâce à l’aide du Dr Kwang-Soo Kim, biologiste spécialiste des cellules souches à Harvard, et de ses collaborateurs neurologues et neurochirurgiens. Il peut maintenant à nouveau « nager et nouer ses lacets de chaussures ». Stat News publie cette semaine les détails de cette recherche que George Lopez a financée à hauteur de « 2 millions de dollars ».

 

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui entraine une destruction des neurones à dopamine. Le cerveau cesse alors de produire suffisamment de dopamine, ce qui se traduit physiquement par « une perte de contrôle moteur ». A l’heure actuelle, les traitements, qui  consistent en un apport de dopamine de synthèse, perdent en efficacité « à mesure que la maladie progresse ».

 

Le Dr Kwang-Soo Kim fabrique, en laboratoire, à partir des cellules de la peau du patient, des cellules souches qui sont reprogrammées en neurones dopaminergiques. En 2017, des neurochirurgiens aident le Dr Kim à transplanter ces neurones dans le cerveau du patient. Une opération qui nécessite plusieurs interventions, d’abord du côté gauche du cerveau en septembre 2017, puis du côté droit en mars 2018.

 

« Ce patient a démontré un certain nombre de domaines d'amélioration fonctionnelle avec lesquels il est difficile de discuter », a déclaré le Dr Todd Herrington, l’un des neurologues, dans une interview en 2018.

 

Seulement, « lorsque des personnes qui paient pour financer la recherche menant à une thérapie, sont également les premières à en bénéficier, il y a des inquiétudes », a déclaré Brian Fiske, vice-président pour la recherche à la « Michael J. Fox Foundation », qui finance la recherche sur la maladie de Parkinson. Et des éthiciens médicaux s’inquiètent de :

  • « l’intégrité scientifique ». En plus d’avoir lui-même contacté le Dr Kim pour qu’il reprenne ses recherches, George Lopez a également « recruté le neurochirurgien pour effectuer la greffe ».
  • « le consentement éclairé » : « L'éthique médicale exige que les patients comprennent les risques d'une thérapie expérimentale avant de pouvoir y consentir. »
  • « Le secret » : L’expérience est restée secrète très longtemps. « Pourquoi ne pas attendre d'avoir plus de données avant de divulguer les résultats », demande Alison Bateman-House, éthicienne de l’Université de New-York qui réclame d’obtenir des informations « en temps réel ».
  • « Plier la Science à la volonté d’une personne riche ». Les chercheurs ne sont-ils pas achetés ? « À mon avis, nous avons l'obligation de nous assurer que les ressources rares, telles que les scientifiques eux-mêmes, sont dirigées vers le plus grand bien possible », a déclaré Jonathan Kimmelman, bioéthicien de l’Université de McGill. Sur ce dernier point, l’avantage pour les autres patients atteints de la maladie de Parkinson atténue cette crainte et cette expérience laisserait entrevoir une « première lueur » de guérison de la maladie.

Sources: 

Daily Mail (13/05/2020), Stat (14/05/2020)