Un robot chirurgical autonome dans un cœur battant



Dernière innovation des chercheurs de l’hôpital pour enfants de Boston, un robot autonome navigant dans des cœurs de cochons. Ce cathéter autonome est capable de se déplacer tout seul dans un cœur battant : il est équipé de sortes de « moustaches » optiques qui lui permettent de se déplacer à l’instar de certains rongeurs comme le rat. En effet, ces « moustaches », dotées de capteurs haptiques[1] et de caméras reliées à une intelligence artificielle, peuvent identifier avec précision la nature de chaque paroi rencontrée : sang, paroi coronaire ou valve, et permettent de se repérer dans le dédale des veines et des artères. Le robot a pour mission de chercher les anomalies et d’en informer le chirurgien. Celui-ci prend alors le relai pour l’acte chirurgical en lui-même.

 

Testé sur des cœurs de cochons, le petit robot s’est montré très efficace, réalisant sa mission en 39 secondes lors des 83 essais effectués. Dans leur étude, publiée dans le Journal of Science Robotics, les chercheurs ont annoncé avoir déjà opéré avec succès cinq cœurs. Le recours à l’intelligence artificielle : notamment par la collecte et le partage les images, devrait permettre au petit robot d’« apprendre de ses erreurs » et d’accumuler les données de son apprentissage pour d’autres robots, créant un « réseau de partage de connaissances chirurgicales ».

 

Pour le Dr Pierre Dupont, chef de service de pédiatrie cardiaque, bioingénieur et directeur de recherche du projet, ce robot doit faciliter la tâche du chirurgien : « On ne veut pas que le chirurgien devienne inutile, le robot a uniquement pour mission de naviguer dans le cœur, une fois qu’il a trouvé une anomalie il dit simplement au chirurgien, regarde voilà le problème, maintenant c’est à toi de le corriger ». Pourtant cette invention va plus loin que les robots d’assistance actuellement existant, car elle suggère que certains actes chirurgicaux pourraient à terme être réalisés par la main seule du robot. Toujours d’après le chercheur, à terme, on pourrait imaginer que le robot prenne en charge des opérations de routine. « La bonne manière d’y penser, c’est de comparer [chirurgien et robot] à un pilote et un avion de chasse. (…) L’avion de chasse gère les tâches de routine comme faire voler l’avion. Le pilote se concentre sur les tâches nobles de sa mission », explique-t-il.

 


[1] Un dispositif haptique est un système tactilo-kinesthésique physique ou mécanique, éventuellement robotique qui peut notamment créer une communication entre un humain et une partie de son environnement, le cas échéant entre un opérateur et un environnement virtuel. Il permet aux utilisateurs de concevoir, modeler et manipuler des objets dans un environnement virtuel avec un certain ressenti tactile (toucher) et la perception kinesthésique (retour de force, qui sont de plus en plus souvent utilisés comme retours sensoriels dans les systèmes de réalité virtuelle). Ce type de retour est aussi utilisé par certains matériels de jeux vidéo.