Un test pour dépister le cancer colorectal autorisé aux Etat-Unis



Aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration vient d’approuver la mise sur le marché d’un test proposé par l’entreprise 23ansMe pour identifier les mutations du MUTYH-associated polyposis (MAP), une condition héréditaire qui augmente le risque de cancer colorectal. C’est le second test de ce genre mis à disposition directe des consommateurs, le premier concernant les mutations de gènes pouvant intervenir dans le développement d’un cancer du sein.

 

L’interprétation de ces tests reste un point central.

 

23andMe explique qu’un test négatif des gènes variants ne signifiait pas l’absence de risque de développer une forme héréditaire de cancer colorectal, en effet le MAP n’est en cause que dans 5% de ces cancers et seuls deux variants sur 100 seront impliqués dans le test. Par ailleurs, « nous avons peu de donnée sur la signification d’une mutation », explique Rachelle Chambers, responsable du conseil génétique du programme de génétique du cancer à haut risque du NYU Langone Perlmutter Cancer Center, « les risques associés à une seule mutation ne sont pas clairs ».

 

23andMe doit mettre à disposition des utilisateurs un module éducatif en ligne pour expliquer comment interpréter les informations contenues dans le bilan qui leur est adressé. Des tests ont été effectués par la firme qui note un taux de compréhension de 90% sans préciser si 10% des personnes ne comprenaient pas l’information ou bien si, en moyenne, les personnes comprenaient 90% de ce qui leur était dit.