Une britannique avorte à domicile à 28 semaines : la police ouvre une enquête



Après avoir obtenu par la poste des médicaments destinés à provoquer une interruption volontaire de grossesse, une anglaise les a pris alors qu’elle était enceinte de 28 semaines, soit « quatre semaines après la limite légale de 24 semaines pour les interruptions de grossesse, et 18 semaines après la nouvelle limite de dix semaines pour les avortements médicaux à domicile en application de la réglementation Covid-19 ». Le bébé est mort-né. « Les bébés nés prématurément à 28 semaines ont généralement 90 % de chances de survie. »

 

Le British Pregnancy Advisory Service (BPAS), qui gère le service d’envoi des pilules destinées à pratiquer des avortements médicamenteux a confirmé enquêter sur ce cas, ainsi que sur « huit autres où les femmes avaient dépassé la limite des dix semaines ». La police a également ouvert une enquête.

 

Pour réaliser un avortement à domicile, dans le cadre de la réglementation mise en place pendant l’épidémie, « une femme doit consulter une infirmière ou une sage-femme qualifiée lors d'une conversation téléphonique ou vidéo de 40 minutes pour obtenir une ordonnance, les pilules étant envoyées par la poste ». Le BPAS qui « réalise généralement 60 000 avortements par an au Royaume-Uni » « a déclaré avoir délivré plus de 8 000 "pilules par voie postale" depuis le début du programme ».

 

 

Pour aller plus loin :

COVID-19 : recrudescence des IVG par téléconsultation aux Etats-Unis, et des regrets

En France, l'IVG médicamenteuse à domicile possible jusqu'à 9 semaines


Sources: 

The Sun, Tom Wells (22/05/2020)