Une nouvelle étude française relie pilule et diabète de type 2



Une étude française établit un lien entre prise de pilule contraceptive et risque de développer un diabète de type 2. Les résultats préliminaires de l'étude ont été présentés à l'Association européenne pour l'étude du diabète (EASD) à Barcelone. 

 

Le Dr Sopio Tatulashvili, de l'hôpital Avicenne, en France, et ses collègues ont étudié les données de 83 799 femmes françaises entre 1992 et 2014. Ils ont constaté que « l'utilisation de pilules contraceptives au moins une fois, par rapport à leur non-utilisation », a conduit ces femmes à une « augmentation de 33 % du risque de développer un diabète de type 2 ». Leur explication est que la poussée d'hormones entraînée par la pilule « peut affecter la façon dont l'organisme métabolise le sucre ». Des experts indépendants ont déclaré que ces résultats corroborent les preuves antérieures établissant un lien entre les pilules contraceptives et le diabète de type 2. Des études antérieures ont notamment suggéré que la pilule pourrait « légèrement réduire la capacité de l'organisme à utiliser le sucre après un repas ». Ainsi le professeur de médecine métabolique Naveed Sattar, de l'Université de Glasgow, a déclaré ne pas être surpris par les résultats. Il a ajouté: « les chercheurs sont très modestes quant à l'importance des résultats. Il ne s'agit pas d'une cause directe, mais elle est conforme à ce que nous savons ». Le Dr Channa Jayasena, spécialiste en endocrinologie de la reproduction à l'Imperial College de Londres a précisé que « la pilule contraceptive orale combinée contient une version "extra-forte" d'œstrogènes », ce qui justifie selon elle que « le métabolisme soit affecté ».

 

Les critiques ont toutefois rejeté l'idée selon laquelle "la pilule est dangereuse", estimant que le risque de développer un diabète de type 2 induit par la pilule était moindre que celui engendré par un excès de poids.


Sources: 

Daily mail, Vanessa Chalmers (16/092019) - Contraceptive pills may raise the risk of type 2 diabetes as scientists blame the surge of hormones after 22-year study of 80,000 women