Vers un financement public de la PMA pour toutes ?



La dernière version du projet de loi bioéthique annone vouloir « dépasser les limites de la procréation ». Il prévoit, « au nom de la justice sociale », de faire financer par la société le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) des femmes célibataires et en couple homosexuel.

 

Valérie Boyer, députée les Républicains (LR) des Bouches-du-Rhône s’est prononcée contre le remboursement de la PMA pour toutes. « Le désir d’enfant, que je comprends et partage, ne peut pas conférer un droit à l’enfant », a-t-elle déclaré. « C’est au législateur de fixer des limites. Dans le projet du gouvernement, on peut faire une PMA jusqu’à 43 ans, mais il n’y a pas d’âge minimal: est-il légitime qu’une célibataire de 18 ans demande une PMA ? », a-t-elle poursuivi avant d’interroger : « Rembourser totalement à des personnes non malades un acte qui n’a rien de médical, mais qui est une « procréation socialement assistée », n’est-ce pas céder au très lucratif business procréatif? ».

 

Pour aller plus loin :

Vers un remboursement de la PMA à 100 % ?

Aux Pays-Bas, la PMA sera remboursée hors des cas d'infertilité

En 2014, la PMA a coûté 300 millions d’euros à l’Assurance maladie


Sources: 

Le Figaro, Judith Waintraub (30/08/2019) -  Le remboursement de la PMA pour toutes relance la question du «droit à l’enfant»