Vers une ouverture du DPNI à d’autres maladies génétiques ?



Une nouvelle étude compare les résultats obtenus pour le dépistage de la trisomie 21 via deux méthodes : celle classique « du dosage sanguin de certaines hormones appelées marqueurs sériques », et celle qui consiste à analyser l'ADN du fœtus qui circule dans le sang maternel[1].

 

Pour le Pr Alexandra Benachi, chef de service en gynécologie obstétrique à l'hôpital Antoine Béclère et Professeur de Gynécologie-Obstétrique à la Faculté de Médecine Paris Sud, « on a montré que le test par ADN fœtal est bien meilleur que le test pour les marqueurs sériques, non seulement en population générale, c'est-à-dire des patientes sans aucun facteur de risque, mais aussi chez des patientes dont la grossesse était issue d'une assistance médicale à la procréation ».

 

Les médecins veulent s’engager dans de « nouvelles études » pour « mettre au point le même type de dépistage pour d'autres maladies génétiques comme la mucoviscidose ».


Sources: 

FranceTVinfo, AlloDocteur (29/03/2018)